Rafle dans le Vaucluse et dans toute la France

Mormoiron citoyen citoyenneLe Docteur Bernard Senet de Velleron, un des rares médecins à avouer qu’il a aidé des patients à mourir, était venu à Mormoiron et avait été interviewé le 24 mai 2018 avec le Mormoironnais Jean Revest pour l’émission “le monde en face” sur France5 consacrée à “la fin de vie et au droit de mourir dans la dignité“.

Mardi 12 janvier 2021 au petit matin, ce docteur (ancien médecin des pompiers et du samu) bien connu pour ses engagements  humanistes et aux côtés des femmes victimes de violences comme des exilés-réfugiés, militant aussi pour le droit à une fin de vie digne et librement choisie, a été victime d’une rafle à son domicile de Vaucluse et placé en garde à vue à Marseille pendant 36 heures, cellule pourrie et interrogatoires à l’appui (230 questions).  Son domicile a été l’objet d’une fouille approfondie par les gendarmes pendant trois heures tout comme son ordinateur et son téléphone.

Dans le même temps : 11 autres personnes, âgées de 64 à 85 ans, toutes militantes du droit à une fin de vie honorable et de l’association “Ultime Liberté” ont subit le même traitement un peu partout en France sur commission rogatoire d’un juge d’instruction parisien. Ces personnes âgées sont-elles des criminelles? des trafiquant-es de drogue? des escrocs en col blancs? des exilé-es fiscaux planquant leurs profits financiers à l’étranger ? Non pas. Ils agissent pacifiquement pour faire évoluer la loi française sur la fin de vie, à l’image de pays voisins tels la Belgique ou la Suisse.

Le reportage (39min) . On voit Mormoiron à partir de 21min16

La répression contre ceux et celles qui se battent pour changer l’ordre dominant est en marche. Ici les citoyen-nes agissant pour changer la loi restrictive sur le droit de décider de sa mort. Hier, depuis des décennies et s’accélérant depuis 10 ans, la répression contre les militants antinucléaires (Bure en Champagne, Vaucluse,…), écologistes et libertaires (Sivens, Notre Dame des Landes,…), aujourd’hui encore contre les militants syndicaux dans les entreprises. Demain, avec la loi “sécurité globale” instituant la chasse aux idées et actions contestataires seront visés non seulement tous ceux et celles qui agissent pour changer ce vieux monde pourrissant mais aussi tout citoyen-ne dont le pouvoir décidera qu’il-elle est suspect-e.

Onze organisations, associations, collectifs alertent les vauclusein-nes et appellent la population de Vaucluse à témoigner de son soutien aux raflé-es** et à participer aux actions contre la loi “sécurité globale” et à la défense des libertés et droits fondamentaux dans notre pays.

signataires : Pour une Ecologie Populaire et Sociale (PEPS), Sud Culture, Collectif-antinucleaire de Vaucluse (CAN84), SOS Barthelasse, Coordination antinucléaire du sud-est (CANSE), le café citoyen d’Avignon, Parti de Gauche Vaucluse, Rosmerta, France Insoumise Vaucluse, Collectif Exilé.e.s, PCF

* On peut témoigner de son soutien au Dr Bernard Senet en nous adressant un mail (contact@mormoiron.org) que nous lui ferons parvenir.

le débat (32min) qui a suivit le reportage en présence du Dr B.Senet et du Mormoironnais Jean Revest.

Partagez !

3 réflexions sur « Rafle dans le Vaucluse et dans toute la France »

  1. Bonjour à mes soutiens,

    Je suis à nouveau convoqué chez la juge d’instruction début Mai. L’avocate étudie le dossier et m’aidera à préparer mes réponses. Il n’y a ni plainte, ni dénonciation, c’est le procureur de Paris qui a déclenché la procédure, difficile de savoir ce qui l’a motivé.

    Le débat sur la proposition de loi Falorni, programmé Jeudi 9 avril 2021 à l’Assemblée Nationale, provoque l’intérêt des médias. Je suis sollicité pour plusieurs interviews mais retenez Jeudi soir à 21 h “Envoyé Spécial”. Le documentaire, enregistré il y a 18 mois, était sans cesse reporté, il devient d’actualité. Je fais partie des personnes qui témoignent, je pense que c’est un bon travail de journaliste.
    Bien cordialement à vous,
    Bernard Senet

  2. Ce sont les autorités des USA qui ont transmis à la France une liste de destinataires français de colis pouvant contenir du Pentobarbital. 125 acheteurs français avaient été identifiés et une centaine de perquisitions avaient suivi en octobre 2019. Les pouvoirs politiques criminalisent les citoyens dans leurs choix humains et philosophiques.

  3. Début mars 2021, alors que les députés et sénateurs se penchent à nouveau sur les propositions de lois permettant le droit de choisir sa fin de vie, à la demande du parquet agissant sur demande du procureur et de fait du pouvoir politique, une juge d’instruction parisienne a convoqué pour “interrogatoire de première comparution” avant mise en examen de nombreuses personnes et inculpé 10 d’entre elles dont le médecin de Velleron. Ces personnes n’ont pas eu accès au dossier les concernant et on donc du répondre aux questions “en aveugle”.
    Au terme des auditions, ces 10 humanistes sont accusées de (!!!) : complicité dans l’importation et l’acquisition de substances classées comme psychotrope (le penthotal), d’importation en contrebande (!) de marchandises dangereuses et d’incitation au suicide. Le Docteur Bernard Senet est le seul pour la dernière raison suite à ses nombreuses médiatisations.
    L’instruction va suivre son cours et le parquet décidera de poursuivre ou non et d’aller à un procès contre ces citoyen-nes qui ont aidé des malades à choisir leur fin de vie. La décision sera alors évidemment politique d’autant que nous serons en campagne présidentielle.
    Rappelons que depuis une dizaine d’années tous les sondages indiquent que les français sont majoritairement favorables au droit de choisir sa mort (72% en 2019)
    Une association citoyenne “le Choix, citoyens pour une mort choisie” ( https://choisirmafindevie.org/ ) vise à regrouper les citoyens-nes pour obtenir une loi permettant à chaque français de choisir sa fin de vie, une loi qui autorise et encadre l’Interruption Volontaire de Vie (IVV) et l’Aide Médicale Active à Mourir (AMAM), et développer les soins palliatifs sur tout le territoire français tout en assurant la liberté de choix de chaque personne pour sa fin de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.