Le rapport parlementaire qui veut jeter les écologistes en prison

proposition de loi de répression contre les écologistesUne mission d’information parlementaire pilotée par Les Républicains et La République en marche demande de « renforcer l’arsenal pénal » contre « les militants antiglyphosate, véganes ou antichasse ». Les propositions pourraient être inscrites dans la loi : inquiétant. Un an après la création de la cellule Déméter de fichage par la gendarmerie des personnes opposées aux toxiques agricoles (un partenariat inédit de délation entre la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et la gendarmerie) : une nouvelle étape est franchie dans la répression et la criminalisation des citoyens sensibles à l’environnement et au bien-être animal.

Dès les premières pages, LR et LREM s’en prennent violemment aux écologistes et à leurs actions qui « stigmatisent des activités légales » comme « les OGM, la corrida, l’utilisation de glyphosate et autres produits phytosanitaires, les activités cynégétiques ou la consommation de protéines d’origine animale »

Les exigences du syndicat patronal agricole plus qu’entendues

Les parlementaires macronistes et des “républicains” veulent créer un délit d’entrave à la chasse, passible de 6 mois d’emprisonnement et de 5.000 euros d’amende, introduire dans le Code pénal un délit punissant d’un an d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende l’intrusion sur un site industriel, artisanal, agricole ou de loisirs, qui aurait pour but de « troubler la tranquillité ou le déroulement normal de l’activité ». Les rapporteurs recommandent aussi de punir d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende toute diffamation publique commise à l’encontre d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur activité professionnelle ou de loisir, et donc l’agriculture ou la chasse. C’est ainsi une réponse directe aux exigences du principal syndicat patronal agricole, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles). Et lorsque’un vététiste avait été tué par un chasseur, l’un des ces députés avait même proposé d’interdire… le VTT pendant la période de chasse.

« Il y a un risque de glissement. La contestation du système agricole dominant pourrait finir par être considérée comme du dénigrement », décrypte François Veillerette, de l’association Générations futures. Et pour Fabrice Nicolino, président de l’association Nous voulons des coquelicots : « Je prends cela très au sérieux, car ils veulent criminaliser une critique sociale, politique, écologique. Ce qui les embête, c’est que la société se révolte contre l’agriculture industrielle. Ils sentent le sol se dérober sous leurs pieds. »

__
source originale : https://reporterre.net/Le-rapport-parlementaire-qui-veut-mettre-les-militants-ecologistes-en-prison
le rapport : ici Mormoiron : document .pdf

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.