Julien Aubert : le député à la matraque débridée

Mormoiron citoyen citoyenne : Julien Aubert député de VaucluseDepuis 2012 Julien Aubert (1) est député “Les Républicains” de la circonscription de Carpentras-Nord dont la commune de Mormoiron fait partie. Ses tendances droitières extrêmes (2) représentent une menace pour les libertés fondamentales de tout un chacun. Ainsi il a été qualifié voici peu de “député de la honte” après avoir voté en faveur de la loi “Sécurité globale” adoptée à l’Assemblée Nationale par 388 député-es de droite et d’extrême-droite (LREM-AGIR-LR-RN).

Imposée à l’Assemblée Nationale par une “procédure accélérée” du gouvernement le 26 octobre 2020, cette loi liberticide ouvre la boîte de Pandore, celle de la traduction tricolore de la politique de surveillance de masse et de répression imposée à la population chinoise tout comme l’application à la France du “Patriotic Act” états-unien qui dispose que tout-e citoyen-ne est un suspect potentiel. 

La macronie n’hésite plus ainsi à utiliser la pandémie du coronavirus sars2-covid19 pour restreindre les libertés et offrir sur un plateau des milliards d’argent public aux actionnaires des grandes entreprises et du CAC40 tout en détruisant les “petits”, les hôpitaux, la culture, les services publics (3). Le gouvernement et le président de la République ont pris ainsi en ce sens plus de 230 décrets sans en référer ni au parlement ni aux citoyens. La France devient une dictature qui ne dit pas son nom.

Tandis que l’état d’urgence – en principe exceptionnel et pour une durée limitée – est entré dans le droit commun depuis maintenant plus de trois ans : ce qui était l’exception est devenue la norme de nos vies. A présent il ne s’agit plus pour le pouvoir et ses institutions d’intervenir lorsqu’une infraction ou un délit est constaté (car, en Etat de droit, toute personne est présumée innocente) mais de prévenir et anticiper subjectivement et arbitrairement une potentielle infraction non-commise au seul pouvoir discrétionnaire d’un policier.

Les articles 21/22/24 notamment permettent aussi la surveillance de la population par caméras et drones sous couvert que “la sécurité des agents de la police […] ou des militaires de la gendarmerie nationale ou la sécurité des biens et des personnes est menacée » (art. 21) … ou en cas de craintes ou supposés «  troubles graves à l’ordre public » (art. 22). Qui décide de la gravité et sur quelle échelle de risques ? qui décide que la sécurité d’un policier et gendarme est menacée ? qui en contrôle la véracité ? qui exploitera les images de vous ? : eux-mêmes, juges et parties. Jusqu’à présent seules les dictatures imposaient ces dispositifs et dispositions.

violences policièresAinsi le pouvoir pourra faire voler en permanence des drones au-dessus de zones identifiées « à risque » selon son unique bon vouloir. Il suffira de dire “Mormoiron est à risque” ou Avignon ou n’importe quelle résidence ou n’importe quel lieu, n’importe quelle habitation.

Ce texte pose aussi les jalons d’un futur “traitement systématisé des images”, notamment avec des logiciels de reconnaissance faciale. Le pouvoir et ses forces de répression sauront tout de vous, où vous vous trouvez et avec qui et à quelle heure et quel jour ou nuit. Il interdit aussi aux journalistes et à n’importe quel citoyen de filmer en retour les forces de répression et les violences et exactions auxquelles certain-es se livrent sous couvert d’un uniforme ou d’un brassard. On est très loin “du pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple” principes fondamentaux de la démocratie et ancrée dans la Constitution française.

L’empressement mis par le pouvoir (Président et gouvernement) à passer en urgence cette loi traduit la fébrilité d’un système idéologique de prédation à bout de souffle et en fin de course. Et prêt à tout pour sauvegarder ses avantages et les prérogatives de la classe sociale qu’il sert (patronat, actionnaires, grands patrons, grande bourgeoisie).

« Pourquoi faut-il voter ce texte en urgence alors que tout le monde est censé être chez soi ? », interroge ainsi Me Vilain tandis que LQDN (la Quadrature du Net) se fait l’écho d’un débat parlementaire bâclé : « L’article 22, majeur pourtant, a été lui débattu vendredi en pleine nuit et voté à 1h du matin, alors que le ministre de l’intérieur ne prenait même plus la peine de répondre aux parlementaires ». Et un collectif d’avocats et de juristes d’éclairer l’intention et l’objectif : « Il ne s’agit pas d’améliorer le dispositif de la vidéosurveillance déjà existant, mais d’un passage à l’échelle qui transforme sa nature, engageant une surveillance massive et largement invisible de l’espace public »,

Le Conseil de l’Europe et la commissaire aux droits de l’homme ont condamné cette loi car portant aussi atteinte à la liberté d’expression.

Les dispositions de la loi adoptée par le député Aubert en alliance avec LREM/LR/RN permettront si elles sont approuvées par le Sénat et ne sont pas par ailleurs retoquées par le Conseil d’Etat  : d’arrêter n’importe quelle personne (vous), de la pister par surveillance dronique (vous ou vos ami-es), d’écouter et enregistrer vos communications internet, et possiblement de vous empêcher de vous exprimer et de vous déplacer là où vous le décidez.

Par son vote, J.Aubert approuve l’instauration d’un régime totalitaire de surveillance massive de la population.

JR

__

(1) Enfant d’un pharmacien et d’une inspectrice des douanes, Julien Aubert a suivi le parcours traditionnel des enfants de la bourgeoisie : formation dans les écoles élitistes françaises Sciences-Po Paris et ENA (où il côtoie E.Macron) et états-uniennes (université Johns-Hopkins/SAIS de Washington DC), intégration au sein de la haute fonction publique (auditeur puis conseiller référendaire à la Cour des comptes, responsable des affaires économiques et des financements de projets à la mission interministérielle “Union pour la Méditerranée” à l’Elysée), politicien professionnel, marié à une fille de militaire (qui organisa sous l’autorité d’un colonel de l’OAS un maquis contre le FNL). Julien Aubert a été intégré en 2013 au programme « Young Leaders » de la French-American Fundation (une structure états-unienne opérant en France visant à repérer de jeunes politiciens, journalistes ou fonctionnaires français devant être formés à la défense des intérêts des USA car pouvant être appelés à de futures hautes fonctions. Emanuel Macron et Edouard Philippe ont suivit aussi cette formation pro-états-unienne avant de devenir Président et 1er ministre de la France, tout comme bien d’autres politiciens de droite et socialistes). Julien Aubert, anti “mariage pour tous” et pro-nucléaire extrémiste, est lié à Gérald Darmanin (actuel ministre de l’intérieur d’E.Macron et qui fut ancien rédacteur d’une publication d’extrême-droite dans le Nord) avec qui il fonda un groupuscule  “les Cadets-Bourdon” à l’Assemblée Nationale pour “régénérer” la droite française. Julien Aubert est l’ami politique de Mrs Sylvestre et Chavada (respectivement Maire et 1er adjoint de Mormoiron).

(2) Le “Canard enchaîné” a révélé que lors des dernières élections législatives, Julien Aubert, a proposé à la candidate du Front National qu’elle retire sa candidature pour lui laisser le champs libre en échange d’un emploi futur.

(3) l’augmentation des profits des grandes sociétés et de leurs actionnaires n’a jamais été aussi forte aux dépends du prolétariat salarié (ouvriers-employés / 53 % de la population française, petite maîtrise, couches dites “moyennes”) et des indépendants et petits paysans.

Partagez !

4 réflexions sur « Julien Aubert : le député à la matraque débridée »

  1. Autre revers pour la énième tentative d’instaurer une société autoritaire et despotique conduite par le petit porteur de valises de Nicolas Sarkozy puis de Emmanuel Macron, Gérard Darmanin (ancien rédacteur d’une publication d’extrême-droite):
    Le Conseil d’Etat a annulé jeudi 10 juin quatre dispositions phares du nouveau schéma du maintien de l’ordre. Dans un communiqué, il juge illégales “la possibilité de recourir à l’encerclement des manifestants” en “l’absence de conditions précises” ainsi que l’obligation pour les journalistes “de s’éloigner en cas d’ordre de dispersion et de disposer d’une accréditation pour accéder à des informations en temps réel”. Il annule également les conditions de port d’équipements de protection.

    L’instance, qui est la plus haute juridiction de l’ordre administratif, avait été saisie par plusieurs associations et syndicats, dont la CGT, la Ligue des droits de l’homme, le Syndicat de la magistrature ou encore le Syndicat national des journalistes. Ils s’inquiétaient de plusieurs dispositions du schéma national du maintien de l’ordre publié le 16 septembre 2020 par ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et applicable à toutes les manifestations se déroulant sur le territoire national et pour l’ensemble des forces de l’ordre.
    Absence de “circonstances précises”

    Le Conseil d’Etat explique que la technique des “nasses” peut “s’avérer nécessaire dans certaines circonstances précises”, mais qu’elle est dans l’état “susceptible d’affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d’aller et venir”. Pour cause : le schéma actuel ne précise pas “les cas où il serait recommandé de l’utiliser”, pointe-t-il. Les juges administratifs estiment donc que le gouvernement doit apporter d’autres garanties pour s’assurer que l’utilisation de cette technique soit “adaptée, nécessaire et proportionnée aux circonstances”.

  2. Il fait flipper ce gars-là. C’est la passerelle entre droite et FN ? Logique vu que tout glisse vers la droite et que Macron nomme comme 1er sinistre des types des Républicains et comme ministre ou sous-ministres des patrons et financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.