Maison de santé : le serpent de mer privé qui coûte de l’argent aux mormoironnais

On entend cycliquement, depuis des années, évoquer la création d’une maison de santé à Mormoiron. Ou d’une maison médicale, voir d’un pôle de santé c’est selon. Autant d’appellations qui ne recoupent d’ailleurs pas les mêmes prestations ni obligations légales (1).

Des réunions ont eu lieu à plusieurs reprises initiées non par la collectivité locale mais par un professionnel pharmacien, par ailleurs conseiller municipal, Mr Desmoulins.

Si dans un premiers temps tous les professionnels étaient conviés à la discussion, très vite en ont été exclus ceux et celles des médecines non-invasives et alternatives y compris les titulaires d’un diplôme d’Etat. Comme ouverture et diversité on fait mieux. L’intérêt sanitaire et économique d’un tel projet privé-public n’a pas fait recette non plus chez les professionnels installés.

Pourquoi déplacer le centre du village vers la route de Carpentras?

Car sur le fond : pourquoi les professionnels de santé de Mormoiron, déjà installé-es dans le village – ce qui est pratique pour les habitants – et qui concourent donc à la vie locale de proximité, iraient-ils se regrouper ailleurs dans un lieu excentré? On parle d’un terrain au dos du caveau de la cave coopérative (2). Une aberration qui tuerait définitivement la vie du village déjà mal en point, déplacerait son centre d’équilibre vers la route de Carpentras, et serait bien moins accessible qu’actuellement pour les usagers et patients.

le caveau de la cave coopérative de MormoironLa presse locale nous apprend dernièrement que ce projet de maison de santé redeviendrait une unique initiative privée personnelle du pharmacien, la municipalité n’y participant plus après avoir assurée le service avant-vente. Le promoteur en herbe en profitera-t-il pour déplacer son commerce ? Nul ne le sait mais une certitude : le départ de la pharmacie du centre du village sonnerait le glas du peu de vie qui y reste. Ce serait une singulière façon, pour un élu, de redynamiser la vie locale.

La municipalité finance dans le vide une initiative privée

Dans le compte-rendu du conseil municipal du 13 janvier dernier on a la confirmation, par la bouche du 1er adjoint au maire, Mr Chavada, que la municipalité à investit 11 400€ à perte dans l’étude de cette maison de santé (opération 14001) non suivit de travaux. Il va donc être obligatoire d’amortir sur 5 ans ce coût inutile que les mormoironnais supporteront donc et dès cette année. Comme gestion saine des deniers publics on fait mieux.

Une bizarrerie pose par ailleurs question : pourquoi une partie de cette dépense (2280€) supportée par la commune est-elle constitué d’un terrain si rien n’a été entrepris? Qu’est donc alors devenue cette étude ? disparue dans les nuages ou bien réalisée gracieusement pour un ami promoteur d’un projet privé? Un conflit d’intérêt voir un détournement de fond public serait fâcheux. Mais ne soyons pas suspicieux à tort, souhaitons que tout soit en ordre.

Différence entre Maison médicale et Maison de Santé Puridisciplinaire

La valse hésitation ponctuée d’élans audacieux et de reculades s’explique aussi par les obligations auxquelles tout un chacun doit se plier, privé comme collectivité publique. Rappelons que traditionnellement, une Maison Médicale est un regroupement exclusif de Médecins notamment pour mutualiser des charges de gestion et organiser plus facilement leur temps de travail et de disponibilité pour les patients. Une maison de santé pluridisciplinaire (MSP) est, elle, régit par l’article L. 6323-3 du code de Santé Publique qui stipule que « La maison de santé est une personne morale constituée entre des professionnels médicaux, auxiliaires médicaux ou pharmaciens ». Elle a obligation de regrouper a minima 3 professionnels de santé libéraux, 2 médecins généralistes et 1 paramédical mettant en œuvre un projet de santé commun formalisé allant au-delà de la communauté de moyens et devant développer tant la coordination des soins que la promotion d’actions d’éducation à la santé. C’est un peu plus contraignant qu’un projet griffonné sur un coin de table.

D’autant que si un projet de MSP fait appel à des fonds publics un cahier des charges précis doit être établit et adressé à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) du Ministère de la Santé. Et les médecins installés doivent verser, à ce titre, un loyer à la collectivité locale et doivent respecter un cahier des charges déterminé par le Ministre de la santé. Beaucoup trop compliqué et impliquant, non?

__

  1. Un Pôle de Santé est plus une organisation administrative publique qui n’implique pas, lui, le regroupement dans un seul lieu des professionnels qui y sont attachés. Il peut au contraire comprendre plusieurs sites : une ou plusieurs maisons de santé, des cabinets individuels, des cabinets secondaires. les pôles de santé sont souvent constitués avec des centres ou des établissements de santé et avec des établissements ou services médico-sociaux
  2. Notons par ailleurs que l’ancienne cave coopérative située en amont de ce terrain est, selon les rumeurs, amiantée et son désamiantage nécessitera de longs et périlleux travaux qui ne manqueront pas d’impacter alentours. (le chai de Mormoiron a été mis en vente en mars 2018 pour un montant de 1.6M€ ). Un projet de ré-aménagement du site porté par la municipalité est annoncé depuis des années.
Partagez !

1 réflexion sur « Maison de santé : le serpent de mer privé qui coûte de l’argent aux mormoironnais »

  1. Si la pharmacie déménage, un jour, derrière la cave il faudra boycotter ce commerçant tant qu’il ne proposera pas de la livraison a domicile pour tous ces clients. Quant à l’étude payé par la mairie pour son compte, il suffit de lui demander de rembourser la mairie. Ses revenus de pharmacien doivent lui permettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.