Le député fou a encore frappé : il veut implanter un réacteur atomique en Vaucluse

Un EPR en provence : la folie du député AubertImplanter un réacteur atomique EPR, surpuissant et dangereux, en Vaucluse à deux pas de chez nous : c’est la terrifiante nouvelle lubie du député de Carpentras-Nord/Mormoiron , Julien Aubert. Il vient de réclamer par lettre au Pdg de EDF – avec 33 autres élu-es Les Républicains/LREM/socialistes du Gard, de l’Ardèche, de Drôme – que soit construit sur le site nucléaire du Tricastin (nord-Vaucluse/sud-Drôme) cette installation mortelle.

En réponse à cette folie meurtrière, 33 citoyens et citoyennes de base dont 2 mormoironnais et deux bédouinais ont adressé à leur tour une lettre-réquisitoire au Pdg de EDF (voir en fin d’article).

Le député Aubert et ses amis politiciens veulent donc imposer un réacteur nucléaire EPR au Tricastin. A moins de 70km de chez nous; par temps de mistral c’est toute la Provence qui sera impactée.

Pourtant Julien Aubert sait bien que la zone est sismique et active (le dernier tremblement de terre au Teil de l’an dernier nous le rappelle), le site nucléaire est à 10 mètres sous le niveau du canal de Donzère-Mondragon qui le borde et sa digue est dégradée et fuyarde, l’autoroute A6 et la ligne TGV passent au ras avec leurs millions d’usagers, les 4 réacteurs atomiques déjà en place – vieilles casseroles usées de plus de 40 ans d’âge – ont connu plus de 1000 incidents dont des rejets radioactifs massifs de tritium et d’uranium dans les rivières locales (La Gaffière, l’Auzon) et dont au moins 3 sont passés à un cheveu de l’explosion nucléaire.

Santé, déchets, climat, facture d’électricité

Bien sûr, ces élu-es savent aussi que les réacteurs nucléaires rejettent de la radioactivité dans l’air et dans l’eau, à chaque instant, jour et nuit, ce qui impacte et altère la santé (cancers des os, de la thyroïde, de la peau, du sang, modification de l’ADN). Que ces installations de destruction de l’atome génèrent aussi de la vapeur d’eau, ce principal gaz à effet de serre qui détériore le climat et réchauffe les rivières. Qu’ils produisent en grande quantité des déchets radioactifs dont certains mortels pour des centaines de milliers d’années, dont les nucléaristes ne savent que faire si ce n’est les enfouir sous terre et que nos enfants et petits-enfants devront subir. Mais de tout cela Julien Aubert n’en a cure.

Il fait aussi peu cas de la facture des usagers d’EDF qui ne cesse d’augmenter tant le nucléaire est coûteux et ruineux malgré les milliards d’euros d’argent public puisés sur nos impôts et injectés depuis des dizaines d’années pour sauver EDF et Areva/Orano de la faillite. D’ailleurs ce magnifique réacteur atomique EPR réclamé par le député à déjà coûté un “pognon de dingue” tel celui de Flamanville qui accuse un coût 3 fois plus élevé que prévu initialement (12 milliards au lieu de 3 milliards) et plus de 12 ans de retard sur les objectifs. Et il n’est toujours pas en service. L’urgence climatique ne peut attendre aussi longtemps et coûter aussi cher.

Nucléaire civilo-militaire : la terreur sur les peuples

Le député Aubert passe aussi sous silence la production par ces réacteurs dit civils du terrifiant plutonium et du tritium nécessaires à la bombe atomique. Pourtant depuis la mi-janvier 2021 la France est dans l’illégalité au regard du droit international : l’ONU a adopté un traité (TIAN) interdisant la production et la détention d’armes nucléaires, comme il en existe contre les armes de terreur chimiques et bactériologiques.

Et que ces élu-es ne viennent pas invoquer l’indépendance de la France pour justifier le nucléaire, c’est une supercherie et de la propagande : les plans des réacteurs atomiques français sont… états-uniens (la France vient de finir de payer ses royalties aux USA il y a trois ans), la mise à feu de la bombe atomique tricolore est britannique (les ingénieurs du CEA ne parvenaient pas à construire et à maîtriser le système), l’uranium vient de l’étranger, du Niger et du Kazakhstan (dans les pires conditions d’exploitations néo-colonialistes exercées sur les travailleurs).

Le député Aubert sacrifie l’agriculture, le tourisme, l’immobilier, la santé des habitants

Avec l’implantation d’un EPR à notre porte c’est toute la valeur et le renom des terres et productions agricoles de nos départements qui s’effondreront durablement, comme c’est déjà le cas actuellement autour du Tricastin où les producteurs viticoles ont du changer l’appellation “coteaux du Tricastin” en ‘la Garde-Adhémar” après une fuite de tritium et l’impossibilité de commercialiser et consommer la production.

La région sera considérée comme zone à risque extrême et le secteur immobilier dégringolera car qui voudrait venir vivre ici? le secteur touristique en pâtira aussi car les touristes ne visitent pas un lieu à haut risque alors que les catastrophes atomiques de Fukushima et de Tchernobyl sont encore dans tous les esprits. Les commerces et les artisans, les salarié-es y perdront leur tranquillité et celles de leurs enfants.

Avec la demande de Julien Aubert au Pdg d’EDF tous nos départements seront sinistrés. C’en sera fini de la Provence et de l’Occitanie. C’est de l’expression du refus des habitant-es que dépendra l’issue de ce bras de fer entre les fanatiques du siècle passé et les défenseurs de la vie, de la santé et du climat. Déjà 41 000 personnes dont 7 000 vauclusien-nes ont signé une pétition en ce sens.

La lettre des citoyens et citoyennes de Vaucluse, Gard, Ardèche, Drôme à Jean-Bernard Levy, Pdg de EDF :

Lettre ouverte de 33 citoyen-nes au Pdg de EDF : pas d'EPR ni en Provence, ni en Occitanie ni ailleurs
Partagez !

3 réflexions sur « Le député fou a encore frappé : il veut implanter un réacteur atomique en Vaucluse »

  1. C’est ça que le député pro-nucléaire et pro-USA Aubert (formé tout comme Macron, E.Philippe, JM Jancovici,…) par la “Young Leader” de la French Américan Fundation) veut nous imposer en Vaucluse-Drôme ? :
    Chine : alerte à la centrale atomique EPR de Taishan. EDF et Areva impliqués, le gouvernement français bloque l’information. Des rejets atmosphériques ont eu lieu.
    http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2021/06/14/Chine_alerte-a-la-centrale-atomique-EPR-de-Taishan.-EDF-et-Areva-impliques

  2. Ecolo, le nucléaire? On entend de plus en plus dans les milieux écologistes que “le nucléaire sauvera le climat”. Cette affirmation, en plus d’être fausse, fait l’impasse sur un trop grand nombre de questions. L’enjeu de l’énergie nucléaire ne se limite pas à la quantité de CO2 émis tout au long de la chaîne de production (difficile à évaluer et souvent revue à la baisse).
    Aujourd’hui, l’entretien des centrales nucléaires vieillissantes et le développement de réacteurs atomiques EPR ainsi que le projet de fusion atomique ITER représentent des milliards d’euros. Cet argent pourrait contribuer à développer un système énergétique plus respectueux de l’environnement. Que ce soit en investissant dans des mesures de sobriété énergétique ou en contribuant à ce que, en accord avec les réalités territoriales, des projets citoyens voient le jour. L’enjeu est également sociétal
    L’énergie nucléaire s’est toujours développée contre l’avis des populations concernées, en France comme à l’étranger. Elle dépend de matières premières dont l’extraction dépend de l’exploitation notamment de la population nigérienne et de la pollution durable de leurs terres. Ses opposant.e.s sont criminalisé.e.s et brutalisé.e.s. (Pour plus d’informations: https://www.radiaction.org/les-12-points-de-radiaction-contre-le-nucleaire/ )
    Mais du coup, on en fait quoi, des déchets?
    On commence par arrêter d’en produire! La moitié des déchets que l’Andra
    (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) prévoit d’enfouir en Meuse n’ont pas encore été produits. Sans le projet Cigéo, “la filière devrait s’arrêter dans son ensemble faute de gérer la fin du cycle de combustibles” (Gérard Longuet, sénateur LR de Meuse dans une lettre adressée au Premier ministre en juin 2017.) Des alternatives à l’enfouissement existent et font l’objet d’études depuis les années 90. Au vu de l’opposition de la population, pourquoi ne pas les explorer?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.