Législatives du 12 juin 2022 : Céline Celce, candidate de l’Union populaire écologique et sociale

les 5 circonscriptions de Vaucluse pour les élections législativesDans le Vaucluse 58 binômes (homme-femme) soit 116 candidat-es (titulaires et remplaçants) se présentent à la députation en 2022 contre 136 candidats et 68 binômes en 2017. (1)

La 5ème circonscription comprend les communes situées dans les cantons de : Pertuis, Apt, Gordes, Carpentras-Nord, Mormoiron et Sault.

La “Nouvelle union populaire écologique et sociale” (Nupes) y présente comme candidate Céline Celce (Cadre territorial, membre de “Génération S”, Conseillère municipale et communautaire à Apt de la liste d’opposition “Apt battant“), avec comme suppléant Laurent Thérond (agriculteur/viticulteur à Ménerbes, porte-parole de la Confédération paysanne Vaucluse, membre de La France Insoumise).

Celine Celce, candidate de la NUPES dans la 5ème circonscription de VaucluseCéline Celce se positionnera à l’Assemblée Nationale pour un vrai programme de transformation sociale et écologique de 650 mesures, notamment :
. Retraite à 60 ans,
. Transition et planification écologique,
. SMIC à 1500 € net,
. Passage aux 32h,
. Blocage des prix des produits de première nécessité,
. Allocation d’autonomie de 1063 € pour les 18-25 ans,
. Lutte réelle et efficace contre toutes les formes de discriminations,
. une conférence sociale sur les salaires,
. l’instauration de la VIe République
. référendum d’initiative citoyenne,
. création d’un million d’emplois grâce à l’investissement dans la bifurcation écologique.

La Nupes veut aussi rétablir l’ISF avec un volet climatique, investir massivement sur les énergies renouvelables, recruter et valoriser 100.000 soignants pour l’hôpital public ou abroger la loi contre le séparatisme.

Le binôme de la “Nouvelle union populaire écologique et sociale” sera opposé au député sortant LR, Julien Aubert * dont le parcours et les positions politiques et sociétales sont la caricature extrême typique de la droite carriériste :
. énarque, haut fonctionnaire, magistrat à la Cour des Comptes; politicien professionnel, cumulard député et conseiller régional depuis 10 ans (ça suffit), élu député après une entente “secrète” avec le FN,
. ancien stagiaire auprès de Thierry Mariani (du RPR au FN),
. formé en 2013 à la défense des intérêts US en France par le programme « Young Leaders » de la French-american-fundation (tout comme E.Macron et E.Philippe),
. co-créateur du groupe les « Cadets-Bourbon » avec Damien Abad (actuel ministre macroniste des “solidarités” dans le gouvernement d’Elisabeth Borne et mis en cause par deux femmes pour des faits de viol) et Gérald Darmanin (ministre macroniste de l’intérieur),
. il échoue en 2019 à prendre la présidence des Républicains (LR) et a proposé en juin 2021 un rapprochement avec Éric Zemmour .

Julien Aubert s’est opposé : au mariage pour tous, au financement public des énergies renouvelables, au Parc Naturel Régional du Mont Ventoux, au non-cumul des mandats. Il a été condamné en mai 2021 pour le licenciement d’une collaboratrice,
Il a voté tous les textes de lois de régression sociale et environnementale. Il veut implanter des réacteurs nucléaires EPR en Vaucluse/Drôme (2) et soutien l’agro-business et les toxiques agricoles (il a voté la loi ré-autorisant les néonicotinoïdes); il a soutenu la loi instaurant l’état d’urgence sanitaire et s’est abstenu sur la loi instaurant le passe-vaccinal. Et il a voté loi sur la “sécurité globale” qui renforce les pouvoirs des policiers et autorise les policiers et gendarmes à porter leur arme en dehors de leur service dans des établissements publics. Cette loi qui pénalise aussi la diffusion d’images des forces de l’ordre et porte ainsi atteinte à la liberté d’information. Tout comme la légalisation de l’usage des drones, des caméras-piétons et de la vidéosurveillance qui rognent les libertés et la vie privée.

Les autres candidats à l’élection législative du 12 juin 2022 dans la 5ème circonscription de Vaucluse sont :
. Ensemble/LREM : Jean-François Lovisolo (cumulard politicien professionnel, fils de politicien professionnel, maire anciennement socialiste de la Tour d’Aigues et conseiller départemental de Vaucluse), suppléant : Olivia Lalaurie ( Manager d’agence immobilière);
. Rassemblement National (extrême droite): Marie Thomas De Maleville (Commerciale en pharmacie, pro-nucléaire, conseillère départementale de Aubignan/Loriol, ex-Les Républicains, ancienne suppléante du candidat RN de Carpentras Hervé De Lépinau), suppléant : Aymonn Mathieu (fonctionnaire au ministère de la Justice)
. Reconquête ! (extrême droite) : Catherine Chavrier (Consultant en stratégie des organisations dans l’agroalimentaire, ex-RN, pro-nucléaire) suppléant : Charles Le Hir ( étudiant et dompteur)
. Parti animaliste : Jean-Paul Pinon, suppléant : Isabelle Roux
et aussi les binômes : Jean Vincetti/Frédérique Armand, Jérémy Trichaud/Sara-Louise Versini-Cabitta, Claudine Rodinson/Régis Wujek, David Bourdier/Jennifer Dale-Bourdier, Christophe Chalençon/Samira Amarache

Les autres candidats en Vaucluse de la  “Nouvelle union populaire écologique et sociale” (Nupes) : 1e circonscription : Farid Faryssy (suppléante : Mathilde Caillé), 2e circonscription : François Sandoz (suppléante : Myriam Rodriguez ), 3e circonscription : Muriel Duenas (suppléant: Olivier Safon), 4e circonscription :  Monia Galvez (suppléant : Lounes Djoumer)

__
(1) Les cinq députés élus cette année-là étaient Jean-François Cesarini (décédé) pour LREM dans la 1re circonscription, Jean-Claude Bouchet (LR) dans la 2eme, Brune Poirson (LREM) dans la 3eme, Jacques Bompard (Ligue du Sud/extrême-droite) dans la 4e et Julien Aubert (LR) dans la 5eme incluant Mormoiron. Seul ce dernier se représente pour un nouveau mandat.
(2) une aberration criminelle car les réacteurs atomiques ont besoin d’eau en permanence pour se refroidir. Incompatible avec le réchauffement climatique, les sécheresses et inondations et le manque d’eau.
* suppléante : Corine Dupaquier, fonctionnaire, Chargée de Mission en Ressources Humaines à la DREAL

Partagez !

4 réflexions sur « Législatives du 12 juin 2022 : Céline Celce, candidate de l’Union populaire écologique et sociale »

  1. En réponse au pro-nucléaire Aubert et aux autres candidat-es pro-nucléaire :
    Jusqu’à maintenant, le GIEC parlait de décennie cruciale, cette semaine on est passé à 3 ans. Il reste trois ans à l’humanité pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre, sinon, le « monde d’après » sera un monde invivable… Il l’est déjà en partie en partie pour des millions de déplacés climatiques.»

    Un parc d’EPR ne peut satisfaire à ces exigences parce que :
    . il ne produira pas d’énergie avant au moins deux décennies,
    . il est lui-même exposé aux effets du changement climatique,
    . l’extraction et la transformation de l’Uranium en combustible nucléaire ne sont pas neutre en carbone,
    . la construction d’un réacteur nucléaire et la fabrication de ses composants sont un gouffre énergétique,
    . son financement génère un effet d’éviction fatale aux dépends de la transition énergétique,
    . le caractère massif de la production électronucléaire ne favorise guère les stratégies de maitrise de la demande d’énergie,
    . l’ère des productions centralisées touche à sa fin au profit d’un maillage de productions locales interconnectées,
    . la tendance est à la réappropriation de la mise en œuvre et du contrôle du système énergétique par les territoires et les usagers eux-mêmes,
    . le temps de cerveau disponible investi dans la conception, le développement et la mise en œuvre du projet EPR2 pénalise la conception et la réalisation d’un nouveau modèle énergétique respectueux de la planète et de ceux et celles qui l’habitent,
    . les déchets générés par ces nouveaux réacteurs non seulement concentrent risques, impacts et nuisances mais leur gestion s’avère pour le moins problématique alors que l’aval du « cycle nucléaire » touche aujourd’hui à ses limites à La Hague et ailleurs !

    Un parc de plusieurs paires d’EPR n’est ni nécessaire ni suffisant pour faire face aux défis climatiques et énergétiques.
    Tout comme, pour la santé, les rejets quotidiens, jours et nuits, de radioactivié.

  2. Les 577 député-es qui siègeront à l’Assemblée nationale “fabriqueront” les lois et contrôleront l’action du gouvernement. L’identité du gouvernement dépendra de l’Assemblée nationale, le Président devant nommer un 1er ministre dans la majorité élue.
    Cependant les dés sont dors et déjà pipés par le découpage (charcutage) électoral puisque les circonscriptions ne sont pas égales ni en nombre d’habitants/électeurs ni en taille/superficie. Tous les découpages électoraux menés par les gouvernements en place ont visé non à tendre à la proportionnelle (1 électeur = 1 voix) mais à assurer leur maintien au pouvoir.
    Raison de plus pour ne pas laisser à d’autres beaucoup moins émancipateurs le soin de représenter la circonscription.
    Il est temps de donner un bon coup de ballet pour ne plus foncer dans le mur de la destruction du vivant et de la planète.

  3. l’espoir est tangible, palpable! un immense espoir face à la destruction macroniste et la sainte alliance nocive grand patronat/droite/sociale-démocratie libérale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.